Précisions pour le gibier d’eau – règles en matière d’appelants

Amies sauvaginières, amis sauvaginiers,

Nous revenons vers vous suite aux nombreuses questions qui se posent en matière d’utilisation des appelants pour la chasse du gibier d’eau.

Dans un premier temps, il nous faut vous rappeler que nous sommes dans un contexte de niveau de risque « élevé » en matière d’influenza aviaire. Il vous est donc notamment demandé de respecter scrupuleusement les arrêtés préfectoraux en vigueur ou qui seraient pris en cas de constatation d’un cas de grippe aviaire sur le territoire départemental ou les territoires voisins (1er cas constaté à Menin, en Belgique, avec mesures de restrictions en France sur 7 communes).

Aussi, il est utile de repréciser que le principe général reste bien l’interdiction total du transport des appelants et que l’utilisation des appelants situés sur les sites de chasse est une dérogation. Les éclaircissements ci-dessous sont issus de la note d’information de l’OFB actuellement en vigueur et des échanges avec le service départemental de la garderie pour clarifier certaines notions.

Ainsi :

– le transport des appelants est strictement interdit ;

– l’utilisation des appelants situés sur les sites de chasse est autorisée à raison de 30 oiseaux maximum ;

– les 30 oiseaux maximum peuvent être attelés sur l’eau ou en cage aux abords de la mare ;

– Tous les oiseaux dans les parcs situés à plus de 30 mètres de la nappe d’eau ne sont pas concernés par le décompte des 30 oiseaux ;

– Tous les oiseaux dans les parcs situés sur le plan d’eau (ou l’installation) et dans la limite des 30 mètres seront considérés comme appelants si les parcs ne sont pas couverts sur le dessus ;

– On entend par parc « couvert sur le dessus », l’obligation de couper entièrement la vue des oiseaux vers le ciel. Il faut donc que les parcs soient couverts par un dispositif opacifiant tel que tôles, bâches, planches ou tout autre élément empêchant la vue des appelants vers le ciel (participation à l’action de chasse);

– les parcs fermés par des filets et/ou filets de camouflages ne sont pas considérés comme des parcs couverts ;

– les cloisons verticales des parcs ne doivent pas nécessairement être occultées par ce type de dispositif,

– les registres d’appelants doivent être tenus à jour (entrées, sorties, mortalités) et les 30 oiseaux utilisés par le détenteur bien mis en évidence dans celui-ci, avec les 30 oiseaux surlignés en stylo fluorescent.

Nous espérons que ces éléments vous permettront d’y voir plus clair dans la réglementation en vigueur et comptons sur vous pour continuer à appliquer les gestes barrières et les mesures sanitaires pour lutter contre la propagation de la COVID-19.

Menu