Influenza aviaire : point de situation au 17 décembre 21

Ce jour, et à notre connaissance, l’ensemble des élevages industriels impactés par un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène a fait l’objet d’un abattage systématique de ses volailles. Il semblerait, par ailleurs, qu’il n’y ait plus de suspicion de nouveaux foyers sur la zone des Flandres françaises.
Aussi, sur les 9 lots d’appelants de canards qui ont été testés en début de mois, 2 lots ont révélé des tests positifs (H5N1 confirmé) entrainant, ce jour, l’abattage de l’ensemble des oiseaux détenus sur le même site. Malgré nos demandes contraires réitérées à plusieurs reprises, les autorités sanitaires nationales ont choisi la stratégie de l’abattage de tous les appelants moyennant une indemnisation des détenteurs concernés…
Actuellement, nous n’avons aucune visibilité sur une potentielle reprise de la chasse sur les périmètres des 5 kilomètres autour des foyers. Bien évidemment, nous agissons de concert avec Willy SCHRAEN pour obtenir des avancées dans les meilleurs délais.
Concernant la réalisation de tests virologiques pour obtenir une dérogation au transport d’appelants, la grande difficulté réside actuellement dans la recherche d’un vétérinaire favorable à cette pratique.
Pour ceux qui, malgré les risques importants, trouvent un vétérinaire, les écouvillons devront être envoyés au Laboratoire de Ploufragan (Côtes d’Armor), un des rares laboratoires agréés qui effectue les analyses. A la réception des résultats, et s’ils sont négatifs, vous pourrez transporter 30 oiseaux pendant 48 heures en présentant les résultats du test en cas de contrôle, et en ayant bien déclaré votre élevage à la FDC 59 pour obtenir le récépissé pour le transport et l’utilisation des appelants.
Néanmoins, nous vous rappelons que si le test s’avère positif, l’ensemble de votre élevage sera abattu par les services de la Préfecture (DDPP) et un nouveau foyer d’influenza aviaire sera déclaré sur le lieu de votre élevage interdisant toute forme de chasse au gibier d’eau et à plumes sur le secteur (5 kms) et une chasse sous dérogation dans le périmètre 5 à 10 kilomètres. Une enquête épidémiologique sera également effectuée.
La FDC 59 est très mesurée quant à la pratique de cette dérogation dans la mesure où elle pourrait entrainer l’émergence de nouveaux foyers sur le département entrainant de nouvelles restrictions drastiques de la chasse sur tout le Nord.
Menu